L’Europe recherche la souveraineté technologique dans le cloud. Pour ce faire, les gouvernements français et allemand travaillent sur un projet commun avec 22 autres grandes entreprises européennes pour créer GAIA-X, une excellente plateforme cloud qui vous permet d’affronter les trois alternatives américaines: Amazon Web Services, Microsoft Azure et Google Cloud.

Comme décrit par Reuters, cette nouvelle plateforme sera enregistrée en tant que nouvelle société à Bruxelles et fonctionnera pour le moment comme une organisation à but non lucratif. Une plateforme cloud en collaboration public-privé avec l’intention de s’offrir à la Commission européenne.


Gaia-X, le «cloud européen»

Parmi les entreprises qui participeront à cette plateforme figurent SAP, Deutsche Telekom, Deutsche Bank, Siemens, Bosch et French Atos, présidé par Thierry Breton, l’actuel commissaire européen. En plus de ces sociétés nommées, un total de 22 sociétés européennes devraient initialement participer au projet. Bien que selon Neowin, plus de 100 entreprises et institutions universitaires de 17 pays différents participeront plus tard à l’initiative.

Le dernier robot de Toyota est suspendu au plafond pour éviter de prendre de l'espace lors des travaux ménagers

Du côté de l’État, le projet est dirigé par les ministres des finances Peter Altmaier et Bruno Le Maire, respectivement d’Allemagne et de France. les Fédération BMWi («Bundesministerium für Wirtschaft und Energie») a publié en octobre 2019 un premier dossier contenant les détails du projet Gaia-X, sous le titre «Une infrastructure de données fédérée comme berceau de l’écosystème européen dynamique».


Les deux principaux pays de l’Union européenne font la promotion de ce projet et souhaitent ouvrir le débat sur où ils sont hébergés et comment les données sont traitées, dans une affaire qui touche à la fois la souveraineté et la sécurité.

Les 10 jeux les plus excitants pour 2020: voici le top 10 des comptes à rebours d’anticipation

Comme le décrit BPdelivery, «la France et l’Allemagne unissent leurs forces pour accélérer la construction d’un cloud européen Contrepoids numérique et indépendance des fournisseurs américains et chinois »

L’un des objectifs fixés par GAIA-X est d’avoir un «ADN européen», conformément au Règlement Général Européen sur les Données (RGPD). Le système est décrit comme décentralisé, avec un support pour «Edge», «Fog» et «Cloud».

Ce sont les sept points qui marqueront la construction de GAIA-X:

  • Protection européenne des données
  • Ouverture et transparence.
  • Authenticité et confiance
  • Souveraineté numérique et autodétermination
  • Libre accès au marché et création de valeur européenne.
  • Modularité et interopérabilité.
  • Facile à utiliser
  • Orienté vers le marché européen.
Apple lance la première version bêta de macOS Big Sur 11.0.1 pour les développeurs

Les auteurs de GAIA-X présentent cette plateforme comme un système «ouvert, numérique et sécurisé», avec l’intention de devenir le «cœur de l’infrastructure européenne».

Un projet pour échapper à l’influence américaine

Dans le sillage de la Trump Administration Cloud Act, les États-Unis peuvent demander des informations à des fournisseurs locaux sur leurs serveurs, quel que soit l’endroit où ils stockent physiquement les données. Gaia-X offrira à l’Europe un moyen de gérer ses propres données.

Selon les données de Gartner de la mi-2019, Amazon est le leader du marché des services cloud avec une part de 47,8%, suivi de Microsoft avec 15,5%, Alibaba avec 7,7% et Google avec 4%.

Super Mario Bros.35 est disponible en exclusivité gratuite pour les abonnés Nintendo Switch Online

Malgré la quête d’indépendance, selon Euractiv, Microsoft a contacté le ministre allemand pour lui proposer son aide en matière d’infrastructure. Une collaboration qui aurait été rejetée précisément pour renforcer l’origine européenne.

Le projet GAIA-X a été présenté aujourd’hui et se prépare à démarrer son activité en début 2021, bien qu’en octobre 2020, il soit prévu d’afficher les premiers résultats.

Dans SamaGame | De la Cité spatiale au CERN: le meilleur itinéraire pour découvrir l’Europe technologique

La source : Engadget