Quelque chose que presque tous les tireurs ou tireurs descendants ont en commun, comme Nex Machina, c’est que les balles tuent. Il est vrai qu’à l’heure actuelle, nous avons vu des expériences comme Voidrun qui donnent une tournure à ce concept, mais la mécanique standard est toujours en vigueur.

Cela ne se produit pas avec Arène rétrograde, un des indies que j’ai pu essayer il y a quelques mois grâce à une démo grâce au Steam Game Festival, et qui débutera le 28 mai sur le service Valve via Accès anticipé sur Steam. La raison? Les balles ne tuent pas. Alors, comment jouez-vous cela?

Apprenez à jouer à Retrograde Arena

Il n’est pas facile de prendre le volant de Arène rétrograde, car ce n’est pas le tireur typique, pas seulement à cause de la particularité des balles. Ça ne fait pas mal, ils poussent juste le rival… Et nous-mêmes pour le revers de la médaille. Mais c’est que, pour aggraver les choses, notre mouvement avec le bâton La gauche est extrêmement lente, ce qui nous rend plus dépendants des coups de joystick droit.

Développé par Freemergency, c’est un jeu de style Arcadien dans lequel vous devez ajouter plus de points que le rival. Ceci est réalisé en lui donnant un impact contre les murs rouges de la scène et pour cela nous devons prendre en compte à la fois le type d’arme en main, le type de balle qu’elle utilise et quel usage peut être fait de la physique du mouvement. Et ce n’est pas du tout une chose simple à maîtriser dès le départ.

Chaque arme est un monde, car elle a un taux et une puissance complètement différents, ainsi que des avantages et des inconvénients associés. Par exemple: le fusil de sniper prend beaucoup de temps à tirer, mais il rattrape l’un des pois les plus puissants, tandis que la mitrailleuse laisse tomber beaucoup de balles dès le départ… mais cela nous déstabilise aussi de façon plutôt incontrôlable.

Car oui, le tir a un double effet: pouvoir pousser l’adversaire ou certains blocs, mais aussi nous faire bouger dans la direction opposée, c’est pourquoi il est si important de contrôler les coups et de ne pas devenir fou, sa plus grande différence par rapport à aux autres tireurs twinstick, où la «danse» ne dépend pas de variables externes.

Un jeu qui montre son potentiel avec ses collègues

Arène rétrograde

Avec une esthétique minimaliste dans la ligne TRON et similaires (80 dans la veine, aussi bien pour les néons que pour la musique électronique), Arène rétrograde c’est un jeu exclusivement multijoueurà la fois locale et en ligne, avec la possibilité de jouer à des jeux entre quatre et six personnes… être capable de combler le vide avec bots de l’IA.

C’est précisément dans les jeux massifs où il fait ressortir son vrai potentiel en étant complètement chaotique car il est difficile d’avoir la situation contrôlée par les blocs changeants. Et il y aura certains boutons qui nous permettront d’activer un groupe d’entre eux pour qu’ils sortent d’un coup. Parce qu’un bloc bleu, qui est une zone sûre, n’est pas la même chose qu’un bloc jaune, qui nous fait rebondir et être une réaction dangereuse s’il y a un bloc rouge à proximité.

Le fait qu’il s’agisse d’un jeu basé sur la physique lui fait gagner des entiers dans ce sens, car nous n’aurons jamais la sécurité de contrôler complètement la situation car il y a de nombreuses variables à prendre en compte à tout moment, en partie aussi à cause de changement radical avec chaque arme. Mais il y a aussi sa grâce.

À ses débuts sur Steam Early Access, il aura trois modes de jeu, bien que je ne puisse en essayer que deux: le classique Dernier homme debout (dernier homme debout), où celui qui se tient à chaque virage ajoute un point (combien d’heures passées comme ça avec TowerFall Ascension…), tandis que Couronne du roi force la couronne à être prise et personne ne nous touche pendant 10 secondes pour marquer un point. Dans les deux cas, c’est une expérience très dynamique qui, si la variété des cartes l’accompagne, peut être idéal pour les réunions avec des collègues. Ou détruisez les amitiés.

  • Plateformes: Accès anticipé à Steam
  • Multijoueur: oui, local et en ligne (jusqu’à six personnes)
  • Développeur: Freemergency
  • Compagnie: Un autre indé
  • lancement28 mai 2020
  • Prix: confirmer

La source : Gadgetsnow