Heat est le meilleur jeu de la série depuis Rivals, mais manque de créativité et ne dépasse donc jamais le support central.

le Critique de Need for Speed ​​Heat (PlayStation 4) de Carl parcourt Palm City comme Miami pour voir si le développeur Ghost Games a appris des erreurs de Need For Speed ​​Payback.

La série Need For Speed ​​a connu des virages plus serrés et des demi-tours dans sa longue histoire que les parcours qu’elle vous présente dans les jeux eux-mêmes. Depuis que le développeur Ghost Games with Rivals a pris en charge la série en 2013, la fréquence de sortie des versions quasi-annuelles est tombée à un jeu biennal. Cependant, cela ne s’est pas encore traduit par une qualité supérieure. La revue de redémarrage de Need for Speed ​​vous indique que la cible manquait au jeu, tandis que la revue de Need for Speed ​​Payback indique clairement que la série est complètement perdue vers le nord. Heat essaie de parer la critique féroce de Payback, et le jeu y réussit. Néanmoins, Heat manque de créativité et de choix audacieux pour le faire dépasser le milieu de gamme.

Acheter Black Friday 4K TV: les meilleurs téléviseurs 4K 2019 pour les jeux et les films

Chaque jeu de course se tient ou tombe avec son comportement de conduite et dans ce domaine, la chaleur génère immédiatement des sentiments mitigés. D’une part, il y a plus de finesse et, surtout, plus de différence de tenue de route entre les différentes catégories de véhicules que dans Payback, avec une sensation généralement plus lourde qui joue bien au début. D’autre part, cette lourdeur se traduit par une rigidité constante qui adhère aux commandes du début à la fin, de nombreux véhicules étant victimes d’un sous-virage important. Bien que le poids supplémentaire ait un impact positif sur la dérive, bien qu’il soit loin du spectacle de la période Criterion, il fournit également des nuances en termes de vitesse et d’angle de votre dérive. Alors que Ghost Games fait l’étrange choix d’activer la dérive en appuyant sur R2 pour réduire votre sentiment de contrôle, le fait de flairer les paramètres corrigera rapidement ce problème. La manipulation de la chaleur est solide, mais pas une étoile.

Tyler Rake - revue

L’histoire de Heat a également des problèmes pour le moins. Tout comme les histoires terriblement forcées du redémarrage et en particulier de Payback, Heat ne parvient pas non plus à vous impliquer dans ce qui se passe. La prémisse en particulier est tout simplement douloureuse: la répression de la police de Palm City contre les coureurs de rue, y compris l’intimidation et la violence. Cependant, en traitant de thèmes actuels et importants tels que la brutalité policière et l’abus de pouvoir à travers une écriture de mauvaise qualité et une voix clichée agissant dans le monde des courses de rue, Heat semble simpliste et irrespectueux. Les policiers sont des méchants caricaturaux, tandis que la sympathie pour l’approche dure envers vous et vos «pauvres» camarades de rue semble complètement hors de propos. Après tout, le jeu ne s’attarde jamais sur le fait que vous déchirez les rues et la circulation civile ordinaire tous les soirs. Narrativement, la chaleur est donc superficielle et même dérangeante.

Vampire: The Masquerade – Revue Coteries of New York – Les apparences trompent

Cependant, le jeu a une idée centrale intéressante qui se reflète dans le gameplay: vous pouvez basculer entre le jour et la nuit à tout moment. Pendant la journée, vous tirerez sur le bout des doigts de la compétition de course officielle à la compétition pour gagner de l’argent, tandis que la nuit pourchassé par la police dans les courses de rue pour gagner le respect. La chaleur est à son meilleur la nuit, car plus vous conduisez longtemps et plus vous accomplissez d’activités, plus le multiplicateur de votre score Respect est élevé. Si la police vous attrape, vous perdrez presque tout. Le résultat final est une excellente dynamique chat-souris qui a bien fonctionné dans Rivals et qui donne enfin aux garçons en bleu un rôle utile. Cette approche de gameplay centrale évoque des souvenirs positifs des rivaux Need for Speed ​​classiques et Most Wanted, mais après quelques heures, vous manquerez plus de variations dans la formule. Bien que les mètres montent, vous manquez un sentiment d’escalade efficace, comme Forza Horizon, une autre série de coureurs en monde ouvert qui fait si bien. Vous passerez par la courte boucle de gameplay du jour au soir du début à la fin, et la manipulation n’est tout simplement pas assez divertissante pour porter ce cycle pendant vingt heures.

Revue de la console Assetto Corsa Competizione - La version console n'atteint pas la ligne d'arrivée

La commutation entre le jour et la nuit a également un impact majeur sur le côté graphique. Surtout la nuit, quand il a plu et que les tons néon de Heat se mélangent aux reflets de la route mouillée, le jeu est un joyau graphique avec un style visuel unique. Pendant la journée, le jeu est moins impressionnant visuellement, mais vous avez la chance de regarder de plus près Palm City. À cet égard, Ghost Games propose enfin un cadre qui capture l’esprit d’inspiration de Miami, contrairement à la version ennuyeuse de Las Vegas dans Payback. De plus, la carte du monde n’est pas trop grande; vous courez relativement rapidement à travers la ville jusqu’à la campagne et ses petits villages, ce qui ne rend jamais pénible de naviguer d’un événement à l’autre. Palm City est un monde ouvert tellement réussi et très attrayant.

Xbox au-delà de la Xbox Series X et des consoles: Phil Spencer se tourne vers Project xCloud pour surmonter un marché «limité»

Enfin, il convient de noter que Heat se contente de l’effroyable mouture de Payback. Les cartes de vitesse de type machine à sous avec lesquelles vous deviez améliorer votre voiture dans ce jeu étaient manipulatrices et frustrantes. À cet égard, Heat revient radicalement à l’approche traditionnelle, où vous achetez simplement ce que vous voulez et voyez clairement l’effet des améliorations sur votre voiture. De plus, vous gagnez de l’argent à un rythme décent, les véhicules et les améliorations sont à un prix raisonnable, et il est particulièrement possible de gagner des tonnes de respect la nuit en courant bien et stratégiquement. La chaleur respecte votre temps et votre portefeuille.

Pokémon Go: les meilleurs compteurs Ho-Oh que vous pouvez utiliser pour vaincre le Pokémon arc-en-ciel

Need for Speed ​​Heat s’attaque donc bien à de nombreux éléments. Avec son économie équilibrée qui n’est pas une mouture sans fin et la belle présentation, le jeu laisse une forte impression pendant les premières heures. Cependant, la manipulation médiocre et surtout l’histoire de la courbe des orteils jettent une clé dans les œuvres. En fin de compte, Heat manque avant tout de l’étincelle créative qui la porte au-dessus de la moyenne. Le crochet central du jeu où vous pouvez basculer entre le jour et la nuit a réussi grâce aux divers événements et récompenses – y compris un rôle important pour la police – mais à long terme, cette courte boucle de gameplay perd de son éclat en raison du soi-disant comportement de conduite. Need for Speed ​​Heat est un jeu décent qui vaut mieux que Payback, mais le milieu de gamme ne le dépasse jamais.

PS5 et DualShock 4 ne sont pas entièrement compatibles? ‘Il n’y a pas de bonne raison, c’est seulement pour l’argent’

Source: IGN