Dans un article publié dans The Journal of the Electrochemical Society, des chercheurs du laboratoire de chimie des batteries de l’Université Dalhousie en Nouvelle-Écosse, au Canada, expliquent les détails d’une nouvelle technologie qui permettrait d’avoir une nouvelle génération de batteries pour voitures électriques.

Il s’agit d’un développement ambitieux où ils décrivent comment fabriquer une batterie lithium-ion qui, selon eux, sera capable de alimenter une voiture électrique sur plus d’un million et demi de kilomètres et plus de 4 000 cycles de charge. Tout cela en ne perdant qu’environ 10% de sa capacité de charge à la fin de sa durée de vie utile. Si c’est vrai, ce serait l’un des projets les plus ambitieux de ces dernières années dans ce domaine.

Le Saint Graal des batteries serait entre les mains de Tesla

Aujourd’hui, les cellules utilisées dans la plupart des voitures électriques, y compris Tesla, ont une durée de vie utile estimée entre 450 000 et 800 000. Or, selon ces nouvelles recherches, cette durée de vie serait doublée, ce qui signifierait que, dans certains scénarios, la même voiture pourrait même durer plus longtemps.

Selon les recherches, actuellement les propriétaires d’une voiture électrique changent de véhicule avant d’avoir atteint le million de kilomètres. Mais ce qui est attrayant dans ce développement, c’est qu’il ne vise pas seulement les voitures commerciales des utilisateurs finaux, mais pourrait signifier un changement majeur dans les taxis, les camions de livraison et de livraison, ainsi que d’autres véhicules de transport public.

L’équipe de l’Université Dalhousie travaille exclusivement pour Tesla depuis 2016, ceci dans le but de pouvoir concevoir une sorte de « recette secrète » pour améliorer les batteries lithium-ion des véhicules Tesla. Cependant, cette nouvelle recherche décrit de nombreux détails de cette « recette secrète » qui, en théorie, devrait être unique à Tesla.

Par exemple, le document explique comment optimiser et mélanger tous les ingrédients de la batterie, qui comprend du graphite artificiel, une amélioration de la nanostructure de l’oxyde de cobalt manganèse et du nickel-lithium, qui servirait à créer une structure cristalline moins susceptible de se fissurer. et dégrader les performances. Allez quoi cette recette est maintenant disponible pour toute personne ou fabricant intéressé.

Que Tesla et Elon Musk aient accepté de divulguer ces informations, avant même de sortir une telle batterie, semblait un peu bizarre. Quelques jours après sa publication, Tesla a obtenu un brevet pour une nouvelle batterie de voiture électrique qui a presque la même composition chimique que celle détaillée dans la recherche. Un détail important est que ce brevet est accordé au physicien Jeff Dahn, qui dirige par coïncidence le laboratoire de batterie à l’Université Dalhousie.

Jusqu’ici Les détails exacts de la batterie brevetée par Tesla sont inconnusMais certains chercheurs qui ont travaillé aux côtés de Dahn ont déclaré à Wired qu’il est très probablement déjà plus performant que les performances de la batterie détaillées dans le document de recherche. On ne sait pas non plus quand commencerait la production de cette nouvelle batterie par Tesla, il faudra donc être attentif à toute annonce.